Fandom

Cercamon

Cerquiligni/L’orthographe de l’âme

< Cerquiligni

155pages sur
ce wiki
Ajouter une page
Discussion0 Partager

L’Accent du souvenir / Bernard Cerquiligni.- Minuit, 1995. (Collection « Paradoxe »)[1]

tout convergeait pour que le circonflexe fût attaqué, et il le fut.

(…)

L’accent circonflexe, dépouillé de la mission phonétique qui le fit adopter, porteur aujourd’hui de valeurs mémorables et monument graphique, représente parfaitement ce qui fonde le conservatisme orthographique. (…) Signe double, adret et ubac, ligne de crête et de partage des eaux, à la signification essentiellement équivoque, l’accent circonflexe figure l’ambiguïté de l’orthographe française, prise depuis toujours entre l’écrit et l’oral, les lettres et les sons, la mémoire et l’oubli. C’est dire l’attachement qu’on lui porte, le désir que l’on a de son maintien, malgré son abandon furtif dans la pratique. L’accent circonflexe est ce par quoi l’orthographe du français expose son ambivalence primordiale, sa dualité historique. Le circonflexe, figure double au destin paradoxal, est l’icône tutélaire de cette orthographe équivoque, qui arbore et vénère un signe que plus rien ne justifie, mais que tout légitime.

extrait de l’introduction[2]:

la conflagration orthographique, en 1991, se réduisit bien vite au combat pour ou contre l’accent circonflexe. On se rappelle enfin qu’après l’intervention des plus hautes autorités morales, le président de la République lui-même ne manqua pas d’être interrogé à ce sujet, au cours d’un entretien informel. Feignant d’être modérément au courant (ce qui, on en conviendra, est inconcevable sous la Ve République), affirmant s’en être peu mêlé (on sait le goût qu’il a montré pour les Lettres et la langue, ainsi que, selon une de ses remarques confidentielles, son « respect de la philosophie », le Président résuma son rôle en une boutade qu’il lança aux journalistes: « J’ai sauvé quelques accents » (Le Monde, 6 juin 1991). Les Français comprirent qu’un certain nombre d’accents circonflexes venaient de bénéficier de la grâce présidentielle.

(L’autre jour, à la radio, André Goosse rapportait que la réforme patronnée par Michel Rocard, alors encore 1er ministre, avait rencontré l’opposition sourde de son ministre de l’Education, Lionel Jospin. Le président dont il est question ici est évidement François Mitterrand, qui venait, le mois d’avant, de démissionner Michel Rocard. On pouvait avoir l’impression que Rocard avait été démissionné pour s’être attaqué à l’accent circonflexe.)


  1. http://www.leseditionsdeminuit.com/f/index.php?sp=liv&livre_id=1990
  2. http://cercamon.wordpress.com/2006/12/13/bernard-cerquiligni-1995-lorthographe-de-lame-4/

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau Fandom

Wiki au hasard