Fandom

Cercamon

Illich/Les débuts grecs

< Illich

155pages sur
ce wiki
Ajouter une page
Discussion0 Partager

ILLICH (I.), SANDERS (B.) ABC: l’alphabétisation de l’esprit populaire, La Découverte, 1990, p. 30-31.[1]

Au Ve siècle av. J.-C. d’habiles ouvriers apprirent à graver ou ciseler les lettres de l’alphabet. Mais l’écriture ne faisait pas encore partie de l’enseignement. Le maximum qu’on pût attendre d’un particulier c’était qu’il fût capable d’écrire et d’épeler son nom. Lire couramment et prendre en dictée n’entraient pas dans l’arsenal employé pour discipliner et éduquer. Jusqu’au Ve siècle av. J.-C. à Athènes l’éducation fut purement orale, musicale et gymnique. Le pivot de l’enseignement grec était la mousiké: les élèves s’exerçaient à la récitation et à l’improvisation de poèmes, pratiquaient la rhétorique rythmique, apprenaient à jouer d’instruments à cordes et à vent, étaient formés au chant et à la danse. Quelques peintures de vases où le maître est représenté style en main témoignent que l’alphabet permettait désormais à celui-ci de lire aux élèves les poèmes qu’ils devaient apprendre. Ainsi, un siècle avant que l’apprentissage de l’écriture fasse partie de l’enseignement, les élèves étaient capables de retenir des textes par coeur. Autrement dit, les jeunes Grecs éduqués avaient acquis la faculté de comprendre un texte fixé qu’ils pouvaient écouter, et un respect pour la sonorité de ses mots, longtemps avant qu’on exigeât d’eux qu’ils sachent lire et écrire couramment.

  1. via Voces Paginarum

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau Fandom

Wiki au hasard